Partagez | .
 

 Redemption ► Elyon&Thalia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Carnet de voyage
Ville de départ : Lakeshore
Équipe pkmn :
Inventaire :
❝ Je fais partie de la TEAM SOLEM

Δ Date d'inscription : 23/01/2014
Δ Messages : 134
Δ Ft. : Emma Roberts
Δ Fiches : Ω Fiche.
Φ Liens.
Δ Banque : π Banque.
Δ Points : 500 pts.

MessageSujet: Redemption ► Elyon&Thalia    Mer 5 Fév - 1:07

Elyon C. Borealis & Thalia L. Bridgestone
Redemption.
« La plupart des jours de l’année sont anodins : ils commencent et ils s’achèvent, sans laisser la trace d’un souvenir durable. La plupart des jours n’ont pas d’impact sur le cours d’une vie. Le 23 mai, était un mercredi.»

C'était le week end. Ou plutôt, c'était un des weeks-ends où je pouvais rentrer chez moi, à Lakeshore, chez mes parents, là où j'ai grandi, là où.. Depuis le décès de ma soeur, j'avais pris sa chambre, ce qui déplaisait fortement à mes parents. Ils auraient voulu faire les cartons, sortir sa chambre, toutes ses affaires, mais je n'avais pas voulu, c'était comme si on l'avait oublié. Et dormir dans son lit, m'apportait un peu de chaleur, celle que je n'aurais plus jamais, par sa faute. Et ce matin là, j'pensais que j'aurais pu dormir au moins jusqu'à midi, mais non. Vous savez, les pokémons, c'est pire que des bébés. Et comme mes parents n'en avaient pas, et bien, Aegis était tout seul. Enfin, il jouait avec le chat, ou du moins il essayait, mais sans succès. Ils ne se comprenaient pas, ce qui mettait Aegis en rogne, tandis que le chat.. et bien, le chat, il s'en foutait complètement au final. Du coup, il venait me réveiller. Et puis, en plus d'être un gamin avec un mauvais fond, c'est un goinfre. Parce qu'il faut pas croire qu'il mâchouille sa feuille toute la journée, parfois il mange. Et pas qu'un peu, c'est devenu un membre de la famille qu'il faut entretenir. Mais je vous avoue, parfois, c'est très chiant.

Comme tous les week-ends passés avec mes parents, j'avais le droit à des questions comme « Alors, ça s'est bien passé ta semaine ? » « Tes examens, c'est pour quand ? » « Hunter & Elyon, vont bien ? ça fait longtemps qu'on ne les a pas vu !  » Et tous les week-ends, c'est les mêmes réponses. Pourtant, j'aimerais tellement leur dire. Leur dire que non, l'université, je n'y vais que rarement, et heureusement qu'ils ne reçoivent pas mes absences non-justifiées, parce qu'ils se poseraient des questions, m'enverraient voir un psy comme elle, et puis je finirais par leur annoncer que je fais partie de la Team Solem, alors ils feraient tout pour m'en sortir. Mais au final, est-ce que j'ai envie d'en sortir ? Et, est-ce qu'on peut en sortir d'ailleurs ? ça se passe comment dans ce cas ? J'aurais dû leur demander, quand la première fois, ils nous ont sortis « Vous avez des questions ? » Mais je ne l'ai pas fais. Personne non plus d'ailleurs. Sûrement parce que tout le monde redoutait la réponse.

Cette fois, je n'ai pas eu droit à de telles questions. Non. J'ai eu droit à quelque chose de pire. J'ai eu droit à une douche froide, voir gelée. Je dévalais les escaliers pour aller dans la salle à manger. C'était leur de manger, il était midi ( logique ). Le repas se faisait dans le silence, et comme à son habitude, ma mère le brisa. Quel dommage d'ailleurs. « ça fait bien tes cheveux blonds comme ça ! On dirait Elyon, d'ailleurs, je l'ai vu ce matin à la boulangerie, elle avait bonne mine, ça m'a fait plaisir. » Ah, ma mère. Toujours les mots qu'il faut, au bon moment. Mais je ne pouvais pas lui en vouloir, elle ne savait pas, elle ne savait rien. Elle ignorait tout de ma relation avec Hunter, et de ma haine envers la fille qu'elle admirait le plus, après moi, évidemment. Il n'y avait plus un mot désormais. Je sortais de table, m'enfermant dans ma chambre. Et c'est horrible, quand tout à coup, tout tes souvenirs d'enfance resurgissent dans ta tête, alors que tu espérais les avoir oublier. Maintenant, je sais pourquoi je dormais dans la chambre de ma soeur, et non dans la mienne. Des photos, pleins de photos, d'Elyon, Hunter & moi, certaines dataient d'avant l'accident, d'autres étaient plus anciennes. Celle là, par exemple, on devait avoir 8 ans à tout casser. Mais ça suffit. Je n'pouvais plus voir ces photos, j'avais fais mon choix, on ne pouvait pas revenir en arrière. Je ne pouvais plus.

« J'vais dehors ! »

J'emmenais Aegis avec moi, qui narguait le chat autant qu'il pouvait, et il en était fier, en plus. C'était plutôt drôle. Me voilà dehors. ça faisait longtemps. Le soleil était magnifique, autant en profiter. J'allais m'asseoir sur ce fameux banc, notre banc. Mais ce n'était pas par nostalgie, mais plutôt par habitude. ça fait 10 ans qu'on s’assoit là, donc autant vous dire que je n'allais pas changer. Je m'étais amené un livre juste, histoire de m'occuper, puisque je n'avais plus rien à faire. Hunter, n'était visiblement pas rentrer de la fac, vu les faibles sms qu'on s'envoyait, c'est sûr que je n'allais pas le voir du week-end. En repensant à notre trio, je me demande, si c'est vraiment moi qui ait le plus foiré au final. Je voyais Aegis tirer sur ma manche, m'avertissant que quelqu'un arrivait, mais je m'en préoccupais pas. Mais il pouvait être énervant. Alors j'ai fini par tourner la tête. Je pouvais la reconnaitre à 10 kilomètres. Sa chevelure parfaite, son teint parfaite. C'était la perfection, malheureusement. J'inspirais, j'expirais, puis détournais son regard.

« Elyon. Quelle surprise.»





... mots & .. lignes complètes / fiche crée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Carnet de voyage
Ville de départ : Lakeshore
Équipe pkmn :
Inventaire :
❝ Je suis une DRESSEUSE

Δ Date d'inscription : 05/11/2013
Δ Messages : 249
Δ Ft. : Amanda Seyfried
Δ Fiches : ✔️ Fiche ✔️ Liens
Δ Équipe : ✔️ Journal de voyage
Δ Banque : ✔️ Compte
Δ Points : 1 195 pts

MessageSujet: Re: Redemption ► Elyon&Thalia    Jeu 6 Fév - 12:23


Thalia & Elyon
« redemption »

La journée avait plutôt bien commencé. Toute ma fine équipe était calme, Five n’avait pas essayé d’entrer dans la douche, Abby n’avait pas fait de trous dans mes t-shirts ni de nœuds dans mes cheveux, et Hartyn et Lyptus s’adaptaient plutôt bien à la situation actuelle. C’est-à-dire que le premier restait dans le jardin, ou entrait de temps en temps au rez-de-chaussée, j’entendais les bruits de ses pas, tapotant contre le plancher et le deuxième devait se cacher dans un placard, plus froussard tu meurs. J’essayais justement de le trouver, mais j’avais rapidement compris qu’il avait peur de Five. D’un côté, feu et plante et tout cela avec la jalousie naturelle de Five… Autant il ne semblait pas affecté plus que cela par la présence d’Hartyn, mais celle de Lyptus le gênait et il le faisait bien comprendre, ce qui lui valait bien souvent de se chamailler avec Abby qui semblait vouloir qu’ils s’entendent tous bien. Même si tout se passait bien aujourd’hui et que c’était sans doute notre journée de vacances, je ne me sentais pas très à l’aise, cette espèce d’étrange impression ne me quittait pas. Ou ne me quittait plus et cela depuis… Des jours.

Il y avait de cela quelques semaines, j’avais vu Hunter chez lui, la fenêtre de ma cuisine donnant sur la sienne, c’est par celle-ci que nos pères respectifs avaient pris l’habitude de communiquer lorsque nous étions enfants. Il avait esquissé un vague sourire avant de vite prendre la poudre d’escampette, mais j’avais été totalement chamboulée par cette irruption dans ma vie. Je ne l’avais pas vu – ou du moins je ne lui avais pas réellement parlé – depuis que nous nous étions quittés. Et j’ignorais encore si c’était moi qui l’évitait ou le contraire. Mais j’aurais tellement rêvé pouvoir passer du temps en sa compagnie. Tellement, si vous saviez. Juste, le voir. Lui et Thalia. Ils me manquaient tellement. J’avais fait plus amples recherches sur la vente de la maison, car cette situation me pesait plus que jamais et je devais à présent me débrouiller avec mes propres moyens. De plus, penser à cela m’évitait de penser à Hunter et Thalia ensemble. Je n’étais pas jalouse, juste déçue et coupable d’avoir ce sentiment, justement. Après tout, ils faisaient ce qu’ils voulaient mais… J’y avais cru et je m’étais fait avoir, et c’était cela qui me prenait la tête.

Alors qu’une fois de plus j’étais réellement perdue dans mes pensées, Five vint me sauter sur les genoux, près du canapé, me chatouillant, mais malgré ses tentatives, je n’avais pas le cœur aux rires alors il m’obligea à me lever, et observa Abby quelques instants, cette dernière fini par acquiescer doucement. Ils communiquaient d’une façon étrange ces deux-là… Mais je soupirais légèrement, j’imagine qu’il voulait me faire prendre l’air et s’assurer en même temps que la maison serait encore là quand nous reviendrons. Alors que j’enfilais ma veste je sortais enfin, me laissant prendre par le vent frais de ce début d’après-midi. Le soleil était beau, magnifique même, mais vous savez, ici il arrive souvent qu’il se mette à pleuvoir d’une heure sur l’autre, sans raison. Lakeshore est un mystère météorologique.

Je marchais d’un pas lent, après être passée devant chez les parents de Thalia, sa mère était gentille avec moi, bien qu’un peu distante. Mais les parents de mes deux (anciens ?) amis étaient bien les seuls de la ville qui ne me regardaient pas comme une extraterrestre. Oh vous savez, Elyon celle qui porte la poisse. La folle de la maison vide. Tout ça, tout ça. J’en ai mangé des remarques jamais agréables. J’en ai vécu des évènements effrayants. Néanmoins, je préfère continuer à me balader, s’ils croient qu’ils vont me faire fuir comme ça, je dois vous rappeler que je n’ai toujours pas vendu la maison… Il n’y avait pas grand monde dans la rue, alors je m’engouffrais dans un parc et…

Elle me frappa. Cette voix. Et mon cœur fut pris d’une panique sans nom. Vous savez ce que c’est la panique, cette espèce d’acidité dans la bouche, désagréable mais vivifiante, qui vous pousse à agir, non en réalité, ce qui me frappait ce n’était pas de la panique… C’était l’angoisse. L’angoisse c’est d’avantage une impression d’être figé, transformé en pierre, c’est amer et ça reste tout le temps, dans un coin de votre bouche. L’angoisse ne m’a jamais quitté, jamais, je m’étais seulement habituée à sa présence ces derniers temps, je crois. Je n’avais pas besoin de tourner la tête, non je reconnaissais parfaitement la voix de Thalia. Vous savez, lorsqu’elle était enfant, elle riait tout le temps aux éclats, souvent on ne savait même pas pourquoi, mais c’est aussi pour ça qu’on l’adorait. Maintenant, j’aurais tout donné pour l’entendre rire, la voir sourire, comme avant. Five releva les yeux, m’observant fixement, avec inquiétude. J’étais figée, totalement. Il poussa un peu ma jambe en chuchotant un léger « salaaa… », mais ça ne me fit pas réagir, non, mon esprit était trop loin. J’avais cette impression de mourir qui revenait constamment pendant mes crises. J’essayais de me concentrer, tellement, mais impossible de penser lorsque vous n’entendez que les battements de votre cœur. Il fallait que je me rappelle ce que j’avais fait pendant les séances avec mon psy. Je portais ma main à mon poignet, attrapais l’élastique pour le serrer, fermant les yeux en expirant lentement. C’est bon, le contrôle revenait, doucement. Je ne m’étais pas préparée pour cela, j’étais loin de me douter qu’elle rentrerait, il me semblait que ça n’allait pas très bien avec ses parents. Je détournais lentement les yeux pour l’observer, assise sur ce banc…

Lily…

Ça m’avait échappé, l’habitude de l’appeler par son second prénom, l’habitude de penser à elle par ce même prénom, j’imagine. J’eus un vague sourire, un sourire triste avant de porter mon regard sur Five me baissant légèrement pour caresser le sommet de son crâne, lui intimant que ça irait. Même si c’était faux.

J’ignorais que tu rentrais ce week-end...

Je ne faisais pas la discussion pour juste faire la discussion, non, une partie de moi avait terriblement envie de recoller les morceaux, de comprendre le centre du problème, de regagner cette étrange complicité qui nous avait uni, dans nos grands moments. Mais tout le reste de mon esprit me hurlait de m’enfuir pendant qu’il en était encore temps…  

_________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Carnet de voyage
Ville de départ : Lakeshore
Équipe pkmn :
Inventaire :
❝ Je fais partie de la TEAM SOLEM

Δ Date d'inscription : 23/01/2014
Δ Messages : 134
Δ Ft. : Emma Roberts
Δ Fiches : Ω Fiche.
Φ Liens.
Δ Banque : π Banque.
Δ Points : 500 pts.

MessageSujet: Re: Redemption ► Elyon&Thalia    Mer 12 Fév - 18:24

Elyon C. Borealis & Thalia L. Bridgestone
Redemption


« D’accord, c’est vrai. Parfois même les meilleurs d’entre nous prennent des décisions irréfléchies. De mauvaises décisions. Des décisions que nous savons déjà que nous allons regretter sur le moment, à la minute, ou plus précisément le matin qui va suivre. Je veux dire peut-être pas regretter, regretter parce qu’au moins on aura été capable de prendre un risque. Mais quand même... quelque chose au fond de nous décide de faire une folie. Une chose dont on sait qu’elle va forcément se retourner contre nous. On le sait, mais on le fait quand même. Ce que je veux dire c’est... on récolte ce qu’on sème. On a ce qu’on mérite. C’est le karma et peu importe comment vous voyez sa, votre karma vous empoisonne. (...) Vous vous arrêtez une seconde et vous restez en arrière... Plus on tente d’aller de l’avant, plus le fait de ne jamais regarder en arrière est tentant. Le passé fait toujours surface pour nous botter le cul. Parfois on apprend de nouvelles choses sur le passé, qui changent tout ce que nous savons sur le présent. - G.A.»

Je pense très sincèrement, qu'à la minute où j'ai remis les pieds à Lakeshore, je savais que j'allais croiser Elyon. Peut-être le voulais-je au plus profond de moi-même. C'est fou à quel point j'adore passer mon temps à me torturer, pour rien en plus. Je savais que ça allait me faire mal, je savais que ça allait lui faire mal aussi. Oui, c'est ça, ça me fait mal. La regarder, me fait mal. Nous n'avions jamais été toutes les deux, face à face, depuis un bon bout de temps désormais. A l'université, je passais mon temps à l'éviter, quand j'étais avec Hunter, je faisais exprès de passer devant elle, mais là.. Maintenant je fais quoi ? Et malgré ma fierté, il y avait cette chose dans mon regard, quelque chose qui lui disait " Reste, s'il te plait.." Et même si c'est dur à l'admettre, et même si jamais je ne l'avouerais à qui que ce soit, elle me manque, parfois.  Vous savez, une meilleure amie, on en a qu'une. Et malgré tout, rien ni personne ne pourra remplacer ce petit être qui trône au sommet de votre coeur. C'est comme ça. Même si vous souhaitez l'effacer de votre vie, vous ne pourrez pas.  Vous vous efforcerez de trouver quelqu'un d'autre, une meilleure amie de substitution si vous voulez, mais ça ne marchera jamais, tout sera différent de la première. Vous ne vous comprendrez pas autant, vous serez différentes. C'est difficile de vouloir absolument tirer un trait sur quelqu'un alors, que vous savez pertinemment que vous n'y parviendrez pas.

« Lily.. »

J'ignore si c'était fait exprès ou non, mais elle avait appuyé sur une corde sensible. Cela faisait des années qu'on ne m'avait pas appelée comme ça, qu'elle ne m'avait pas appelée comme ça. Enfin, personne d'ailleurs. Même Hunter avait arrêté dans la mesure où on s'était mis ensemble, et puis, ça ne me gênait pas plus que ça, tant que ça ne venait pas d'elle. Alors je me suis perdue dans mes pensées, resassant le passé, notre passé. Celui qui aurait dû se transformer en notre avenir.  Elle était là. Elle était présente, à chaque fois que j'allais bien ou que j'allais mal. Mon opération des Amygdales, l'entrée au collège, l'entrée au lycée, celle de la Fac, la mort de ma soeur.. Finalement ce qui compte le plus, c’est d’arriver à accepter que, aussi seul que l’on soit, aussi malheureux que l’on puisse être, avec l’aide de ceux qui nous entourent on tiendra le coup.  Et vous savez la raison pour laquelle je l'enviais d'être avec Hunter ? Malgré le fait, de me sentir lâchement abandonnée, et d'être affreusement jalouse, c'est qu'en regardant tous ces couples autours de moi, ceux qui duraient depuis toujours, ceux qui se retrouvaient et ceux qui se découvraient, je me suis dis une chose : ça aurait dû être moi.

« J’ignorais que tu rentrais ce week-end... »

Je la regardais avec un sourire. Ceux d'antan, pas un qui annonçait qu'il valait mieux qu'elle parte en courant avant que je lui arrache la tête avec la feuille mâchouillée d'Aegis. Non, j'avais vraiment envie qu'elle reste. Et surtout, qu'elle saute sur l'occasion, parce que je n'allais pas être gentille tous les jours. Mais peut-être qu'à ce moment précis, j'avais besoin d'elle, plus que tout au monde..

« Tu sais, tu peux t'asseoir, je ne mords pas. »



... mots & .. lignes complètes / fiche crée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Carnet de voyage
Ville de départ : Lakeshore
Équipe pkmn :
Inventaire :
❝ Je suis une DRESSEUSE

Δ Date d'inscription : 05/11/2013
Δ Messages : 249
Δ Ft. : Amanda Seyfried
Δ Fiches : ✔️ Fiche ✔️ Liens
Δ Équipe : ✔️ Journal de voyage
Δ Banque : ✔️ Compte
Δ Points : 1 195 pts

MessageSujet: Re: Redemption ► Elyon&Thalia    Dim 16 Fév - 0:33


Thalia & Elyon
« redemption »

De quoi as-tu peur ? De quoi as-tu peur Elyon ? Je la connais par cœur Thalia. Je sais ce qui la blesse, je sais ce qui la rend heureuse, ce qui la fait sourire, ses chansons préférées, ce qu’elle ferait dans telle ou telle situation, je connais sa famille, je… Elle est tout sauf une étrangère. Et je n’ai plus peur qu’elle me rejette, maintenant. Et voilà qu’elle me tend presque les bras. Je ne sais pas si je comprends. Elle me déteste. Elle non plus elle ne sait pas ce qu’elle veut, hein ? Je ne la juge pas, non, peu importe ce qui arrivera, je resterais toujours prête à l’accueillir, chez moi, dans mes bras, dans ma vie. C’est ce que font les amis. Les vrais. Être là, peu importe les épreuves qui nous séparent, peu importe les kilomètres et le temps. Les vrais amis c’est ceux que tu peux appeler en plein milieu de la nuit et qui plaquent tout ce qu’ils faisaient pour venir te voir si c’est important. Voilà, c’est ça. Je ne sais pas si elle l’aurait fait pour moi et entre nous, ça m’est égal, moi je savais que je l’aurais fait pour elle. Ça me suffisait. Et là, je la fixais, c’était de la pression pure, de l’instabilité. Comme si je marchais sur un fil et qu’elle me proposait une barre pour me stabiliser sauf que j’ignorais si celle-ci allait m’entraîner dans le vide ou non. La question était la suivante : est-ce que je prenais le risque ? J’avais remonté la pente et oui, j’avais des choses à perdre au fait qu’elle me pousse. Mais. Entre nous, je crois que tous les risques en valaient la peine… Qui a-t-il de plus important que les amis ? Et d’ailleurs, quand je pensais à Hunter, je pensais d’avantage à l’ami que j’avais perdu qu’à l’amour que j’avais éprouvé à son égard et que, peut-être, j’éprouvais encore.

On dit que les opposés s’attirent, et Thalia et moi, on illustrait parfaitement cela. Nous étions totalement différentes, ayant des centres d’intérêts différents, des façons de vivre différentes, des idées différentes, mais pourtant… Nous avions pu être les meilleures amies du monde, et, sans doute, les meilleures ennemies également. Au final, quand on dit qu’il vaut mieux garder ses ennemis encore plus proches que ses amis, il n’y a rien de plus vrai. Sans doute parce que les plus grands amis peuvent se faire les pires crasses qui soient… Je ne sais pas. Mais j’avoue qu’après la rupture entre nous trois, je n’ai pas eu envie de me lancer dans une nouvelle aventure à chercher des amis. Non. Je considérais que j’avais toujours les miens, c’était une mauvaise période. Ça m’était égal si cette période durait trois mois ou vingt ans, ils resteraient mes meilleurs amis, ce n’était pas une place à pourvoir.

Je finis par baisser les yeux après l’avoir dévisagée si longtemps, un peu méfiante sans doute. J’avais toutes les raisons de croire qu’il y avait un piège, mais je préférais tomber dedans que de ne pas croire l’éclat dans ses yeux. Si je n’avais plus confiance en elle, alors à quoi cela servait-il que je reste ici ? Sérieusement. Non. Il ne fallait pas douter. Alors j’approchais pour m’asseoir à côté d’elle, et lui lancer un sourire en écho au sien. L’innocence de l’enfance, ce temps qui semblait si loin, où il n’y avait pas problèmes, pas de soucis à se faire, où les choses qui nous gênaient duraient une heure tout au plus… Je me souviens qu’on ne se disputait jamais, et que je l’admirais tellement, Thalia… Si jolie, si efficace, si agile… Et j’en passe. Je me souvenais de nos soirées pyjamas entre filles, où on virait Hunter pour manger des sucreries toutes les deux en chantant avec nos brosses à cheveux en tant que micros. Je me souvenais de tous ces merveilleux moments qu’on avait pu passer ensemble. Et là, assise sur ce banc, observant les feuilles d’automne virevolter dans l’air, j’avais l’impression de revenir dans le passé. Je ne la regardais plus, j’avais même fermé les yeux, esquissant un sourire serein, étrangement pensive.

Je suis heureuse de te voir.

Je ne cherchais pas de preuve de son affection. Non, je m’en fichais qu’elle me réponde, qu’elle m’envoie balader ou qu’elle reste silencieuse, mais je voulais qu’elle le sache. Qu’elle sache qu’elle n’était pas seule. Dans n’importe quelle épreuve, je restais à ses côtés, pas toujours présente physiquement, mais je restais dans un coin de sa tête, simplement au cas où.

_________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Carnet de voyage
Ville de départ : Lakeshore
Équipe pkmn :
Inventaire :
❝ Je fais partie de la TEAM SOLEM

Δ Date d'inscription : 23/01/2014
Δ Messages : 134
Δ Ft. : Emma Roberts
Δ Fiches : Ω Fiche.
Φ Liens.
Δ Banque : π Banque.
Δ Points : 500 pts.

MessageSujet: Re: Redemption ► Elyon&Thalia    Jeu 6 Mar - 1:30

Elyon C. Borealis & Thalia L. Bridgestone
Redemption


« C’est une chenille, elle rentre dans son cocon, et elle se transforme en papillon. Ouais et quand mes parents se disputaient, je rentrais dans ma couette et je lisais cette histoire encore et encore. J’en suis venu à la conclusion, qu’en sortant d’ma couette, j’voulais pas être différent. J’voulais que ce soit le monde autour de moi qui change. - Skins. »

Mes yeux se refermaient sur l'image de cette boite à musique qui hantait mon esprit. A chaque fois qu'on l'ouvrait, un souvenir s'en échappait. Vous savez, ces souvenirs qui font mal, ces souvenirs qui font que vous êtes humaines, ceux qui veulent vous voir plongée dans la pire des folies. L'amphore de Pandore, c'est comme ça qu'elle s'appelait. Tandis que tous mes souvenirs valsaient ensemble au rythme de cette douce mélodie, je pouvais en voir certains, et entre nous, c'était pas le moment. Mais il y avait ces trois enfants, là-bas contre le gros chêne qui se trouvait au coin de la rue. Il n'y avait rien à faire, et pourtant ils s'amusaient. C'est drôle de voir des enfants de 8 ans rire aux éclats, de les voir s'extasier devant rien, l'insouciance est ce qu'il y a de plus beau. Cette musique, cette douce mélodie, si apaisante, qu'elle en serait presque douloureuse, était prête à m'entraîner avec elle, près du vieux chêne qui se trouvait à trois mètres au dessus du ciel.

Les années défilaient aussi vite que le son des touches de piano dans ma tête. C'était quelque chose comme " Thalia, réveille toi. Regardes ce que tu étais, regarde ce que tu es devenue. ". Arrivèrent les souvenirs des classes de collège. Les premières disputes, les premières réconciliations, les premières questions, les premiers signes de jalousie, tout se succédait très vite, s'en était terrifiant. Alors, boite à musique, que cherches-tu ? Essaies-tu de me faire regretter ? Non. Je ne regrette rien. Parfois, j'en arrive à me demander, comment serait nos vies, si rien de tout ça ne serait arrivée. On aurait peut-être tous déménager de Lakeshore, j'aurais ma soeur, Elyon aurait ses parents, j'aurais peut-être quelqu'un dans ma vie à qui je mériterait vraiment. Mais, il ne faut pas que je prenne ce chemin. Avec des si, on referait le monde. Ne t'attardes pas sur des petits détails sans importance, alors que tu as toute ta vie devant toi Thalia.

« Je suis heureuse de te voir. »

Oh, s'il te plait, Elyon, arrêtes. Arrêtes de faire semblant, on sait toutes les deux que c'est faux. Tu vois cette déchirure dans ton petit coeur, là, qui se trouve sous ta poitrine ? C'est moi qui te l'ai causé. Si t'as autant mal, c'est à cause de moi, alors arrêtes. Bouges toi le cul, frappes moi, je sais pas mais fait quelque chose, arrêtes de te morfondre, tu es si.. si.. si puérile. Comment Hunter il a fait avec toi pendant ces années ? Sérieusement ! En même temps, vous êtes tellement pitoyable tous les deux. Aussi mou qu'un ourson à la guimauve, et même si c'est vraiment délicieux, vous êtes loin d'être appêtissant. Tu sais, j'ai tellement voulu Hunter, que maintenant que je l'ai, il ne m'intéresse même plus, et tu sais pourquoi je le garde ? Parce que j'aime te voir souffrir, j'aime que tu ais mal autant, mais si je fais tout ça, c'est pour que tu comprennes, comprennes que tu m'as laissée, tu m'as abandonnée, tu comprends ça ? Toi c'est simple, t'as toujours tout eu, miss Parfaite, mais regardes-toi, même là, t'es parfaite. T'es heureuse de me voir ? Si tu savais ma pauvre. Si tu savais ma vie, dans quoi je me suis fourrée. Mais si tu veux savoir, ça me désole de te voir comme ça. T'accrocher autant à notre amitié, comme si ça changerait quelque chose. Et même si jamais je n'avouerais, moi aussi je suis heureuse de te voir malgré tout. Je ne te dirais rien, Elyon, sâche-le. J'ai juste besoin d'un pillier, de quelqu'un qui me lancera la corde pour me rattraper quand je tomberais de cette putain de falaise. J'aurais pu lui dire tout ça, oui j'aurais pu. Mais à quoi ça servirait ? Je n'étais pas du genre à me confier, j'avais arrêté de me confier depuis des années, et ça elle le savait. J'étais devenue un mur, un gigantesque mur à moi toute seule, des barriquades de partout, personne ne pouvait voir à travers. C'était donc ça, la nouvelle Thalia.

« Ouais. »

Et c'est à ce moment, que j'inspirais un grand coup. La seule et unique façon pour moi, de ne pas pleurer, de ne pas montrer que j'étais faible devant elle. La seule et unique façon de ne pas montrer à quel point elle me manquait, à quel point être toutes les deux me manquait. Vous savez, ces instants où on ne se dit rien, mais qu'on comprend tout.



... mots & .. lignes complètes / fiche crée par © Summers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Carnet de voyage
Ville de départ : Lakeshore
Équipe pkmn :
Inventaire :
❝ Je suis une DRESSEUSE

Δ Date d'inscription : 05/11/2013
Δ Messages : 249
Δ Ft. : Amanda Seyfried
Δ Fiches : ✔️ Fiche ✔️ Liens
Δ Équipe : ✔️ Journal de voyage
Δ Banque : ✔️ Compte
Δ Points : 1 195 pts

MessageSujet: Re: Redemption ► Elyon&Thalia    Mar 18 Mar - 20:42


Thalia & Elyon
« redemption »

Thalia était définitivement la personne la plus loquace de l’univers. Elle avait beaucoup changé. Mais j’ignorais si elle avait réellement changé, ou si… Elle avait enfermé ce qui avait été elle auparavant dans une petite boite dans sa tête, à double tour. Et si elle n’offrait pas juste cette image en tant que bouclier face aux attaques extérieures. Ce que j’aurais compris, j’étais bien la dernière à lui dire qu’elle n’avait pas eu, elle aussi, une vie de merde. Partie comme ça… Qu’est-ce que ce serait quand on aurait cinquante ans. Je l’observais inspirer avant de sourire doucement, parfois, malgré le mur qu’elle avait dressé entre elle et moi, le mur qu’elle avait dressé entre elle et l’univers entier, j’avais la sensation d’y voir à travers. Comme s’il s’agissait de verre, ou de diamant, solide mais transparent. Je chassais l’une de mes mèches de cheveux avant de reporter mon attention sur les feuilles d’automne qui virevoltaient dans tous les sens.

Puis je perdis mon sourire. Est-ce qu’il était réellement nécessaire que je m’inflige encore ça ? Est-ce qu’il était nécessaire que je lise sur son visage à quel point nous nous étions éloignées ? A quel point la distance qui posait problème chez nous, c’était celle du cœur ? Non. Je n’étais pas obligée. Je n’étais pas obligée, mais c’était mon amie, et malgré tout, elle le resterait, parce que des amies comme ça, on en a pas plusieurs, c’est un genre de pacte qu’une fait une fois pour toute une vie, sans possibilité de se retirer. Et d’un autre côté, même si ça peut faire peur de se lancer dans ce genre de responsabilité, c’est aussi rassurant de savoir que ça doit marcher des deux côtés, même si… J’ignorais si ça marchait de son côté. J’ignorais si je pouvais me lancer à corps perdu et ne pas avoir peur de l’atterrissage. L’atterrissage m’avait toujours fait peur…

J’aurais pu me lever. J’aurais pu partir en courant, ne jamais me retourner, récupérer toutes mes affaires, conclure la vente de la maison à un prix juste assez abordable pour avoir de l’argent de côté et faire ma vie sur la route un petit moment, j’aurais pu partir sans me retourner, actuellement, ni Thalia ni Hunter ne me retenaient ici, non ? Non. Pas de leur volonté. Mais je restais pendue à eux comme un suicidaire sur son petit tabouret, menaçant de tomber au bout de ma corde… Et qu’est-ce qui arriverait si je partais ? Qu’est-ce qui arriverait, hein ? J’ignore si je vivais encore pour eux, pour moi, ou juste parce que je n’avais pas le droit de gâcher une vie pour laquelle certains avaient payé trop cher, mais dans tous les cas… J’étais décidée à continuer. Alors non, je ne pouvais pas me lever et courir. A part s’il aurait fallu que je la rattrape et que je la sers dans mes bras. Elle aurait pu me planter une lame dans le ventre, ça m’aurait été égal, je l’aurais seulement serrée plus fort.

Et puis. J’aurais pu la serrer contre moi, là, comme ça, sans rien dire. Alors elle n’aurait jamais pu me reprocher de ne pas prendre soin d’elle, de ne pas être là. Et peut-être que j’aurais préféré qu’elle me fasse ces reproches, justement. Juste histoire d’être au courant de ce qu’elle cherchait, de ce qu’elle attendait de moi. A la place, j’étais là, les yeux bandées, à avancer à tâtons dans cette pièce désespérément silencieuse et emplie de pièges. Et j’ignorais ce que je devais faire. Etrange sensation que celle-ci.

Sans un mot, je détachais doucement mon bracelet de mon poignet, une chaînette en argent parée de quelques pierres que j’avais acheté en vacances avec Thalia et Hunter, sur les conseils de Thalia, justement. Le vendeur me l’avait vendue comme étant des « pierres précieuses » mais rien n’était précieux chez elle à part leur valeur sentimentale… Alors, je le pinçai entre mes doigts, le relevant avant de prendre soigneusement le poignet de Thalia pour le lui attacher, je me souvenais qu’elle m’avait dit de faire une promesse la première fois où elle me l’avait attaché au poignet. Et depuis jamais il n’avait quitté sa place. Je la gratifiais d’un sourire en observant les pierres sombres et ambrées rayonner grâce au faible soleil d’automne.

Tu avais dit qu’il exaucerait mon vœu. J’avais souhaité que jamais on ne se sépare. Je pense que maintenant, c’est à toi de faire un vœu.

Ce n’était pas un souvenir plus idiot que n’importe lequel autre, mais c’était un souvenir doux, un souvenir chaleureux et simple. Oui, cette pensée n’avait rien d’une pensée complexe ou troublée, c’était un fragment de bonheur au milieu de tous les autres qu’on avait pu vivre ensemble. Je ne voulais pas qu’elle l’arrache de son poignet, ça m’aurait fait mal, mais si toute fois elle l’avait fait, j’aurais respecté son choix, et je serais partie. Je retirais mes mains avant de relever les yeux vers le ciel, ne préférant pas affronter son regard, parfois, on a pas besoin de parler beaucoup pour se comprendre entièrement.


_________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »

❝ ❞


MessageSujet: Re: Redemption ► Elyon&Thalia    

Revenir en haut Aller en bas
 

Redemption ► Elyon&Thalia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Redemption RPG
» Red Dead Redemption
» Thalia ◭ Living is easy with eyes closed. [Terminée.]
» Facebook || Thalia Y. Cabano
» Non je t'assure je pleure pas, ca va passer! (PV Thalia)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Tenebris Lux :: Ton aventure est ici :: ▬ Lakeshore :: ▬ Rues-